Tutti Pitti par Cara, notre correspondante à Florence

Comme dans les marchés du bétail Pitti permet de déployer les meilleurs exemplaires élevés le long de l’année .

Chaque éleveur apporte ses bêtes et essaye de les vendre au meilleur prix. Dans la masse tout se mélange et finalement les vaches se ressemblent toutes et deviennent invisibles.

Tout cela s’agite autour des habitués qui attendent ce rendez-vous pour se saper ad hoc et parcourir la Croisette locale à l’intérieur de la forteresse dans l’espoir d’être remarqués et photographiés, ce qui dans la multiplication médiatique de plus en plus poussée équivaut à paraître sur les écrans du globe  abusés et désormais inutiles. Ainsi les caricatures du dandy d’autrefois montrent leurs chevilles nues entre leurs mocassins et leurs pantalons courts, sans se soucier du froid polaire.

FullSizeRender FullSizeRender-2La fausse neige du pavillon Zegna nous a donné le seul réconfort : dans un silence doucement rompu par un écho d’avalanches lointaines l’armée élégante en tenue de sky années vaguement 70 nous prouve que la discrétion peut encore tracer une voie pour l’élégance humaine.

Posted in Actu, Beauty, Bio, Nature, Fashion, Look | Leave a comment

La White Villa, nouvelle adresse design au coeur de Tel-Aviv

Nouveau boutique-hôtel à l’esprit Tel-Avivien dans une résidence considérée comme une icône architecturale rare au coeur de la ville qui ne dort jamais.


Cet hôtel contemporain témoigne d’une harmonie associant luxe et rigueur.

5 ans de travaux ont été nécessaires pour transformer cette maison, érigée en 1948 par Samuel Barkaï et inspirée du style de Le Corbusier, en hôtel ultra soigné. Les meubles anciens chinés se marient à merveille avec d’autres plus contemporains signés de l’architecte du lieu Stefano Dorata.

La White Villa, un emplacement idéale: au coin du théâtre Habima et de l’Auditorium Charles Bronfman, qui abrite le Philharmonique d’Israël, mais aussi à seulement 12 minutes à pied de la plage. L’hôtel compte par ailleurs des terrasses de poche en rez-de-jardin ainsi qu’un rooftop pour profiter de la clémence du climat local. Autres services à disposition des hôtes : un salon de coiffure, des vélos mis à disposition, une salle où est servi le petit-déjeuner ainsi qu’un bar.

Une expérience de vie unique au cœur de la ville blanche..

White Villa Hôtel
16 chambres et 2 lofts
À partir de  partir de 235 € en chambre double avec petit-déjeuner inclus.
25 Ben Zion Boulevard 28607, Israël
Tél : + 972 3 602 8870
whitevillahotel.com

Posted in Actu, Tendance, Travel | Leave a comment

Le musée du Parfum s’ouvre à Paris

Depuis le 22 décembre dernier, Paris la capitale du parfum et de la mode à enfin son musée olfactif.

Musée du parfum

 

 

 

 

 

 

 

Le musée du Parfum à ouvert ses portes à Paris rue du Faubourg Saint-Honoré, au cœur du Triangle d’Or. Installée dans l’hôtel particulier qui a abrité la maison de couture Christian Lacroix, ce musée se veut à la fois scientifique, créatif et grand public.

Tout au long du parcours multi-sensoriel sur quatre étages, le musée retrace l’histoire de la parfumerie de l’Antiquité à aujourd’hui. A la fin de la visite, le visiteur aura découvert une collection de 70 odeurs via des bornes interactives. L’idée est d’inviter le public à renouer avec son sens olfactif, tout en jouant avec la lumière, les formes et les sons, dans une scénographie particulièrement réussie.

Musée du Parfum
73, rue du Faubourg-Saint-Honoré – Paris 8ème
Ouvert du mardi au dimanche de 09h30 à 19h, nocturne à 22h le vendredi. www.musee-du-parfum.fr/

Posted in Actu, Sortie, Tendance, Voir | Leave a comment

Une appli israélienne pour jauger le goût de la pastèque, lu dans Israel Valley

Du made in Israël “pur jus” : Une nouvelle application israélienne capable de jauger et d’apprécier le goût de la pastèque afin que vous n’avez pas à le faire!Apparemment traumatisés par des fruits qui ne rencontraient par leur standards gustatifs, trois étudiants de l’université Technion de Haïfa ont mené des recherches sur la corrélation entre les propriétés externes d’une pastèque et son goût réel.

Ils sont arrivés à développer un algorithme : “Depuis que nous avons développé l’application, nous avons mené des expériences sur 30 pastèques pour enseigner au système comment apprécier le goût du fruit. Depuis lors, le système sait reconnaître et prédire avec précision le goût de chaque pastèque.” (i24News)

Selon Israel Valley, les israéliens ont conçu une ligne nouvelle de mini-fruits et légumes qui va révolutionner de plus en plus les habitudes de consommation de produits frais, en créant une infinité d’espèces de la taille d’une bouchée. Des mini courgettes, des poivrons clochettes, des concombres, des micro pastèques individuelles sans pépins sont le fruit de l’innovation des israéliens dans ce domaine.

Selon lemonde.fr : “Le marché mondial de la tomate est presque équivalent à celui de la pomme de terre !”, s’exclame Haim Rabinowitch. Récipiendaire, mardi 21 juin à Jérusalem, du prix de l’innovation Kaye pour sa contribution à l’amélioration de légumineuses et de la tomate, ce chercheur de l’Université hébraïque de Jérusalem est intarissable sur l’histoire, ancienne et actuelle, de la ‘pomme d’or’ rapportée du Mexique en Europe en 1560 par les conquistadors.

Haim Rabinowitch et ses collègues de la faculté d’agriculture de Rehovot, dépendant de l’Université hébraïque de Jérusalem, ont été à l’origine d’une ‘révolution rouge’ dans sa production au cours des dernières décennies. Et ils continuent à croiser des milliers de variétés chaque année. » A quand des bébés artichauts à la « judeica » (promis je vous envoie la recette …)

images-1

Posted in Actu, Food, Tendance | Leave a comment

SACHA GOLDBERGER … DE L’HUMOUR POUR RELIGION

Ces temps-ci, il pleut à verse. Il pleut des phrases abjectes, imbéciles, terri- fiantes. Partout. Elles sont partout. Yvan Attal a raison. « Il n’y a pas point de petite haine. La haine est toujours énorme. Elle conserve sa stature dans le plus petit être et reste monstre. Une haine est toute la haine. » (Victor Hugo).

« Avec Ben Bensimon mon co-auteur, précise l’artiste, nous avions envie de montrer une autre vision du judaïsme, dans une période où la parole antisémite rede- vient banale. Par ces images, nous avons voulu poser sur la religion juive, un regard positif, poétique, spirituel et humoristique, une façon de lutter contre les idées reçues. En photographiant ces femmes et ces hommes objets de tant de préjugés, nous avons pu observer leur capacité à l’autodérision et leur aptitude à faire partager leur joie. »

Pour combattre l’antisémitisme, sa désin- hibition crasse et fiérote – car ces temps- ci, certains sont devenus si fiers de leur haine qu’ils la revendiquent, la crient sur tous les toits, la déversent sur la toile comme s’ils n’avaient plus rien d’autre que ça pour se remplir ou exister –, pour tordre le cou aux regards obliques et torves, aux paroles ignorantes, aux préju- gés ou aux fantasmes sombres qui se posent sur les juifs et qui s’accrochent à eux comme une tique sur le dos d’un chat, il existe quelque chose dont seuls les hommes sont capables : l’humour.

Les hommes en noir qui portent des chapeaux s’amusent devant l’objectif de Sacha Golberger, à coincer leurs longues barbes dans les portes d’entrée ou de voiture, une pile de livres entre les mains grosse comme une montagne, assis s’ins- truisant sur la machine à laver d’un lavomatic, ils s’amusent campés sur une mobylette, perchés priant sur un poteau, une poubelle de rue, un feu de signalisa- tion, ils s’amusent avec un masque de Batman sur la tête. À travers ces images, ce que l’on voit, c’est l’amour, la joie, le plaisir, la foi, la connaissance et la passion de la transmission.

Et lorsque l’on cherche dans le diction- naire un synonyme de ce mot, voici ce que l’on trouve : dérision, esprit, fantaisie, gaieté, ironie, plaisanterie, sel et verve. Une foule de noms qui racontent et embrassent la série de photographies de Sacha Golberger sur les Loubavitchs de Brooklyn à New-York, exposée du 15 juin au 19 juillet à la mairie du ive ar- rondissement de Paris dans le cadre du Festival des cultures juives.

C’est drôle, c’est émouvant. Et cette fois, ici, c’est le sourire qui gagne. Julie Estève

Merci à Julie de me laisser reproduire son texte !!!! et bravo à vous deux d’écrire et de capturer nos temps troubles avec humour et bienveillance

Belle expo mon cher Sacha ….

Exposition du 15 juin au 9 juillet 2016 – Mairie du IV ème arrondissement
IMG_6215

Posted in Actu, Art, News | Leave a comment

180° LA REVUE DECALEE DE LA CUISINE … PLUMES RARES … PLONGEZ VITE

IL ETAIT UNE FOIS UNE RENCONTRE … AVEC UN TON, UN STYLE, DU VRAI, DES GENS, DE L AMOUR, DU PANACHE … QUEL REGAL  – STOP- JE VOUS INVITE A DECOUVRIR 180°

180° LA REVUE CULINAIRE NEW STYLE

180° LA REVUE CULINAIRE NEW STYLE

« THE »REVUE CULINAIRE FRENCH TOUCH EN VENTE EN LIBRAIRIE – STOP- SALUONS LES FONDATEURS, EQUIPES …  QUE JE CITE ERIC FRENOT FABRICE BLOCH STEPHAN LAGORCE PHILIPPE TOINARD DELPHINE BRUNET OLIVIER PASCUITO …  UN EXTRAIT DE TEXTE COMME J’AIME (J’ESPERE QUE J’AI LE DROIT!) ALLONS Y POUR LA TOURTE DE RHUBARBE PRESQUE CRAMEE :

Pas vraiment légume, ni indubitablement fruit, la rhubarbe est cette hésitation que le monde végétal aime cacher puisqu’on ne la trouve qu’au fond des jardins, entre la cabane, les clapiers abandonnés et le tas de compost. Sa racine, mystérieuse, n’a pas connu la main de l’homme. Ses feuilles, généreux éventails, ne parviennent jamais aux yeux du cordon bleu que seule sa tige, dans sa nudité désespérante, doit inspirer. Contre toute attente, cette plante incertaine trouve quelques exutoires en cuisine : en tartes hésitantes, compotes incertaines et redoutables crumbles…

Tourte de rhubarbe

Pour 5/6 chanceux

Point fort : vraiment pas compliqué…

Point faible : faut aimer la rhubarbe

Point remarquable : présentation amusante

Indice de patience requis : léger pour peler la rhubarbe

Pâte

300 g de farine
170 g de beurre, ramollo ++
2 jaunes d’œufs
30 g de sucre glace
5 g de sel fin
4 cl d’eau
Fruits
Quelques tiges de rhubarbe
1 œuf
1 barquette de fraises
Sucre glace

1/  Préparez la pâte brisée  : dans un saladier, dans un robot hors de prix, sur la table, par terre, massacrez tous les ingrédients en même temps et obtenez une boule. Pas d’excès de zèle toutefois, ne pétrissez pas sinon vous ne pourrez pas l’étaler, ce qui est toujours vexant. Laissez la pâte bander un perdants le réfrigérateur. NB : il est formellement interdit d’acheter une pâte du commerce.

2/ Les fruits : Équeutez les fraises, coupez-les en deux. Avec un économe, épluchez les tiges de rhubarbe pour en ôter les plus gros fils, puis coupez-les en morceaux de taille équivalente à celle des fraises (à peu près, pas besoin d’un pied à coulisse).

3/ La tourte : Ce n’est pas vraiment une tourte, mais ce n’est plus tout à fait une tarte non plus. Alors, étalez la pâte en un cercle d’environ 30/35 cm de diamètre. Ou un peu plus, si vous voulez. Posez-le sur une plaque de cuisson elle-même recouverte d’une feuille de papier sulfurisé. Répartissez les fruits sur ce cercle, un peu en dôme, en laissant un « bord » d’au moins 7/8 cm. Rabattez ce bord sur les fruits : vous voyez ? C’est bien ce qu’on disait : c’est un peu une tarte et un peu une tourte. Une tatourte, quoi… Bref. Battez l’œuf dans un bol et, avec un pinceau, badigeonnez ce large rebord. Préchauffez le four à l’ambitieuse température de 210 °C. Saupoudrez généreusement les fruits de sucre glace et un peu plus chichement le large bord. Avec hardiesse, enfournez pour 35/40 minutes de cuisson. Pendant ce temps, la tatourte aura toutes les chances de cramer. Empêchez cette fatalité en la recouvrant d’une feuille de papier sulfurisé si elle colore trop vite et en baissant la température. Sortez du four et servez chaud ou tiède. Ne cherchez pas vraiment à faire des parts, servez à la cuillère. Tout interdit la préparation d’une crème Chantilly, compagne malvenue d’un tel dessert.

© 180°C – Textes et recettes  Stéphan Lagorce / Stylisme Delphine Brunet / Photographie Eric Fénot
Posted in Actu, Food | Leave a comment

UN PRODUIT, UNE IDEE , UN LIEU, UNE ENVIE … PAR SEMAINE

A voir stop Atelier Marieta Cox stop Une collection de sacs à main et pochettes réalisés au crochet en coton recyclé orné d’un bouton vintage stop Personnalisable, taille, couleur, bouton, chaîne stop A partir de 150 euros stop Made in France stop contact@marietacox.com Vu et touché stop Magnifique !

Capture d’écran 2016-05-23 à 14.00.46
Capture d’écran 2016-05-23 à 13.56.29

Posted in Dressing, Fashion | Leave a comment

Great English Slogans, la pub américaine des 60 dernières années

Couverture Great English Slogans

Great English Slogans est un livre à la fois de grammaire anglaise pour les étudiants et actifs français désireux d’apprendre l’anglais et un livre d’anthologie de la publicité anglaise et nord américaine des 60 dernières années.

Dans une totale fantaisie, les règles de grammaire, si difficiles à cerner, sont expliquées et illustrées à partir de slogans publicitaires et de phrases du cru de l’auteur.

Chaque campagne (une centaine) est représentée et commentée non seulement sur le plan de la linguistique, mais également sur le plan de l’histoire, de la sociologie de l’époque et de la stratégie commerciale déployée par l’entreprise à travers sa campagne.

Un livre instructif tout en étant amusant et décalé, à découvrir !

 

Great English Slogans, Alain Levy aux Editions Bréal

Posted in Actu, Edition, News | Tagged , , , | Leave a comment

KOBJA, quand mode & taxidermie se rencontrent

page5image4008

Créée par Monika Jarosk, Kobja est une Maison d’accessoires de mode uniques qui mélange la fascination de la créatrice pour les animaux aux souvenirs des contes de fées.

Chaque pièce est réalisée avec des peaux entières de crapauds (espèces non protégées d’Amérique du Sud) récupérées puis tannées et transformées par des taxidermistes. Ce procédé rend chaque pièce unique puisque chaque crapaud est unique.

La fabrication est réalisée à Millau puis le travail de petite maroquinerie est effectué dans l’atelier parisien de la Maison Kobja. La collection se compose de sacs, petite maroquinerie, coques de téléphone disponibles dans des couleurs pop.

Kobja est distribuée aux Galeries Lafayette à Paris, et dans le monde entier dans des boutiques exclusives à Tokyo, Milan, New-York, Moscou… et sur www.kobja.com/

 

 

Posted in Actu, Fashion, Look, News, Shopping | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Gil Rigoulet, photos inédites de Molitor en 1985

Un coffret inédit de photographies de la piscine Molitor en 1985 par Gil Rigoulet nous replonge dans l’univers du lieu mythique. Images exclusives et intemporelles, on retrouve l’artiste en immersion totale au bord de l’eau, près des cabines numérotées ou du bar le Pacific Molitor.

Tirages argentiques et polaroid couleur compose ce coffret inédit édité en 400 exemplaires par The (M) editions.

Le livre coffret sera en vente pendant Paris Photo à la librairie 7L, Karl Lagerfeld, rue de Lille à Paris, à la librairie d’art d’Artcurial et à partir du 20 novembre chez Claire de Rouen Books à Londres, à la librairie de Carla Sozzani à Milan et sur le site www.the-m.fr.

Capture d’écran 2015-11-09 à 11.32.00Capture d’écran 2015-11-09 à 11.34.04

 

 

 

Capture d’écran 2015-11-09 à 11.34.15

Posted in Actu, Art, Edition, News | Tagged , , , , , , | Leave a comment