Faust Cardinali, une pièce really unique by Cara

Faust Cardinali- Bracelet Cendrillon,Faust Cardinali- Botellum blueCara de New York nous écrit …

On est sous le choc : surpris et conquis par les oeuvres de Faust Cardinali, exposées à New York par la Galerie parisienne Minimasterpiece dans le cadre de Collective design, rendez vous annuel pour l’art et le design contemporain. Sculpteur, peintre et orfèvre Faust Cardinali nous saisit par l’absolue originalité de son travail. Il ne s’agit pas du genre d’artiste qui fait un croquis et laisse des techniciens se débrouiller. Son savoir faire et son génie unis font jaillir de surprenantes sculptures qui deviennent aussi ornement pour le corps. Il faut lire son « Manifeste du bijou d’artiste » pour entrer un peu dans la philosophie de ce Bernin contemporain, mais pour une fois et vivement ses oeuvres ne demandent aucune explication. Elle parlent toutes seules, et s’imposent. La série de colliers « botellum » c’est du jamais vu. Une forme sinueuse qui s’enroule autour du cou, construite comme une architecture, tout à fait agréable à porter, ce qui montre aussi un étude attentif de l’anatomie. Sur la structure en argent, l’artiste intervient par son indubitable touche: voici des couches de résine qui la transforment en une sorte de cascade, voici des quelques flaques de couleur, voici des diamants sertis à nous épater d’avantage. On a envie de porter ces pièces mais aussi de les contempler.

Nous signalons la présence d’une autre oeuvre surprenante signée par cet artiste singulier qui sortira d’une prestigieuse collection particulière pour être montrée au Musée de la Ville de Paris, dans le cadre de l’exposition Medusa (du 18 mai au 5 novembre). Il s’agit d’une sculpture / bracelet au titre évocateur de CENDRILLON où l’artiste mélange or, argent, émail, polyester et une branche d’arbre: le résultat plastique et chromatique est encore une fois inédit. Faust n’a pas vendu son âme au diable, mais il la met dans son extraordinaire travail, qu’on lui souhaite de poursuivre toujours et pour toujours.

ARTY SKI À COURCHEVEL by Julien Marinetti

Jusqu’au 17 avril 2017, la station de Courchevel se transforme en exposition à ciel ouvert. Chaussez vos skis et partez en visite sur les pas de l’artiste.

IMG_1190

Tout au long du parcours, entre deux descentes venez rencontrer les pandas géants, vos compagnons de ski pour l’occasion. Connu pour avoir créé « Doggy John », une sculpture d’un bouledogue français; Julien Marinetti est un créateur obstiné. Son matériau de prédilection est le bronze, qu’il utilise pour produire les sculptures de ses animaux. Déjà plus de 15 ans que l’artiste nous enchante avec ses œuvres peintes.

Julien Marinetti a voulu cette exposition comme une invitation dans son atelier où supports et recherches se télescopent sans cesse. Bronze bien sûr, mais aussi toile, carton, béton, mobilier urbain. L’artiste peint, sculpte, dessine, grave, déchire, colle, détruit pour mieux reconstruire. Il anoblit les supports les plus ordinaires, recycle, réinvente, détourne objets et couleurs sans jamais se perdre.

L’exposition sombrement intitulée « SyncrétsimeS » nous fera découvrir encore un peu plus cet artiste polymorphe qui n’a pas fini de surprendre. Prochaine destination la capitale anglaise avec sans cesse de nouvelles créations pour notre plus grande joie.

Exposition l’Art au Sommet jusqu’au 17 avril 2017 à Courchevel.
Les oeuvres sont visibles à la Galerie Espace Diamant.

« Emmanuelle Riva forever » by Cara correspondante à Rome

« Je suis profondément actrice » elle disait souvent. Je rétorquais que c’était une définition réductive. Difficile de limiter sa magie à ces deux syllabes. Nous avons assisté à sa dernière performance au mois de novembre. C’était à Rome, à la Villa Médicis; Emmanuelle Riva incarnait Meduse dans la « Medusa Suite » de Sheila Concari. Sa voix atemporelle, le rayonnement de sa présence, nous ont transporté dans desUnknown-1 vagues oniriques et sensuelles. La magie d’Emmanuelle.

 

« Alber Elbaz / Lanvin. Manifeste »

Laurence phitoussi - alber elbaz

Après avoir exposé la vie de Jeanne Lanvin au Palais Galliera, c’est cette fois-ci l’oeuvre d’Alber Elbaz, le directeur artistique de la Maison, qui est mise à l’honneur. La Maison Européenne de la Photographie a invité le créateur à l’occasion de ses 14 années chez Lanvin. Cette exposition est une invitation à rentrer dans l’univers d’Alber Elbaz. Intimités des défilés, travail du créateur en atelier, plus de 350 photographies de But Sou Lai, Mark Leibowitz, Katy Reiss, James Bort, Juliette Da Cunha et Alex Koo ont été regroupés par Alber Elbaz et son équipe.

Avec cette exposition, on est invité à plonger dans les rêves du créateur.

« Alber Elbaz / Lanvin. Manifeste », du 9 septembre au 31 octobre à la Maison Européenne de la Photographie, Paris