Fashion Week : le bilan des premiers jours

Depuis mardi 28 Février s’est ouvert à Paris un bal incontournable en cette saison, celui des rédactrices mode, des VIP, des journalistes et des personnalités les plus en vus, et ce pour LA FASHION WEEK. Depuis quelques jours les plus grands couturiers présentent leur collection prêt-à-porter pour la saison Automne-Hiver 12/13. Soit un aperçu de ce qui remplira nos armoires d’ici quelques mois (ou du mois qui inspireront nos marques préférées, et plus accessibles).

Quelques petites choses à retenir de ces quelques derniers cliqueti de talons sur nos podiums préférés :

– dès le premier jour, il y avait foule pour découvrir les créations d’Anthony Vacarello, qu’on ne présente plus, et pour qui ce 3ème défilé fut un vrai show

– Dior : toujours extrêmement attendu a beaucoup plut. Malgré l’absence de John Galliano et les rumeurs sur l’arrivée d’un nouveau DA qui excitent toutes les papesses du monde de la mode, Bill Gayten a vu juste et présenté une très belle collection

– Pour Jean Paul Gaulthier, l’hiver sera riche en fourrure fluo, imprimé graffiti et cuivres brillants, tout droit inspiré de New York, le couturier reste fidèle à lui même avec cette collection

– le duo créatif de Kenzo composé de Carol Lim et Humberto Leon, dimanche hier soir, le résultat de leur collaboration avec la célèbre griffe Kenzo. Une collection pleine de peps, lumineuse et audacieuse. On dit oui et on en redemande  !

– chez Lanvin, on a rendu un honneur à Albert Elbaz et à ses 10 ans à la tête de la maison, cela à travers une magnifique soirée : des invités d’exception, un énorme gâteau et même des cotillons !

– enfin le chouchou des rédactrices, Guillaume Henry pour Carven, était très attendu, car encore peu connu il y a quelques temps il est devenu LE couturier à suivre. Il sait décrypter ce que veulent les femmes et leur dessiner des lignes qui donnent envie, néanmoins il a pris des risques en décidant d’associer des tissus et imprimés assez osés. Affaire à suivre..

– ultime collection pour Stefano Pilati chez Yves St Laurent, et toujours fidèle à lui même cette collection était un éloge au cuir, sous toutes ses formes

Un très bon cru pour cette saison, nous avons hâte de voir la suite !

 

Lorsqu’on rassemble Louis Vuitton et Marc Jacobs, ça donne une Expo mode à ne surtout pas louper en 2012 !

L’un né en 1821, malin, curieux et déterminé, a commencé comme apprenti layeter-emballeur, rue St Honoré. Durant cette période il va observer la population française et ses mutations. Louis Vuitton a su deviner les besoins et envies de ses futurs clients, qui étaient des industriels, des bourgeois, ou encore des touristes fortunés. Ses malles dotées du célèbre monogramme connaissent un succès exceptionnel (tout comme les sacs du même style aujourd’hui encore).

L’autre, né en 1963, a grandit à New York. Il a dans un premier temps créé sa propre marque, avant d’être nommé, très jeune, créateur de la maison Perry Ellis, c’est là que Marc Jacobs se démarque grâce à son style et se différencie en acceptant de dessiner sous le nom d’un autre. Marc Jacobs ce travailleur plein d’idées ne tarde pas à devenir le chouchou des rédactrices de mode, et à séduire Bernard Arnault. Il devient donc en 1997, le Directeur Artistique de la maison Louis Vuitton.

Tous deux ont su s’imprimer de leur époque et de leurs codes pour faire de la griffe Louis Vuitton, une enseigne de mode de haute couture mondialement connu dans un premier temps, mais également présentant des collections à la pointe des tendances. Avec Marc Jacobs, c’est la première fois que la marque présente une collection de prêt-à-porter hommes et femmes, ainsi qu’une ligne d’accessoires, il réussi cela tout en apportant un air neuf à la marque.

C’est donc du 9 Mars au 16 Septembre 2012, que le Musée des Arts Décoratifs de Paris, va rendre hommage à ses deux grands hommes de la mode française en leur offrant 1 500m2 d’exposition avec pas moins de 300 objets répartis sur 2 niveaux. L’exposition consacre chaque étage à l’un des créateurs dans une scénographie de Samantha Gainsbury et Joseph Bennett. Plutôt une analyse, qu’une simple rétrospective, ce sera un vrai parallèle entre ces figures du luxe français et leur manière de s’être approprié les phénomènes et codes culturels de leur époque afin d’écrire l’histoire de la mode.

 

Le rouge de Louboutin enflamme Le Crazy Horse !

Après la célèbre effeuilleuse Dita Von Teese qui a remis au goût du jour le striptease burlesque avec un sublime spectacle, la Crazy Horse invite cette année une non moins culte Guest Star : le créateur Christian Louboutin.

Cette collaboration est une première pour le maître de la chaussure qui au delà de nous faire toutes rêver nous les femmes avec ses escarpins à semelles rouges ( oui oui je confirme !) puise depuis toujours son inspiration dans l’univers du cabaret et des danseuses…

C’est ainsi qu’il a crée grâce à la chorégraphe Patricia Folly ainsi que David Lynch et Swizz Beatz pour la musique, 4 tableaux originaux et uniques, inspirés d’univers aussi divers que le hip hop ou les tableaux de maîtres.

Le show baptisé « Feu » sera présenté en avant-première le dimanche 4 mars et restera sur la scène de la mythique salle parisienne jusqu’au 31 Mai 2012.

D’ici là, on patiente en faisant un petit tour dans les boutiques afin de contempler ou craquer pour les sublimes modèles Louboutin.