La pub digitale: une expertise toujours plus nécéssaire

40 % des internautes feraient moins confiance aux réseaux sociaux et plus particulièrement les Facebook, Instagram, twitter sembleraient être les plus atteints par cette annonce.

27% estiment que les publicités ne sont pas en adéquation avec le sujet.

Les plateformes ont promis aux professionnels du marketing un retour sur investissement élevé, des taux de clics et de conversion intéressants, mais les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous.

Grave?

Nous pensons qu’il s’agit simplement d’une professionnalisation du secteur ,  le ciblage est de plus en plus efficace. L’AI devrait aussi mettre de l’ordre dans l’adéquation des pubs face à l’utilisateur.C’est une transition nécéssaire qui va entrainer une désaffection temporaire, un trou d’air, mais passagère.

Gif , videos, divertissement semblent être un ticket et si vous rajoutez une dose de pédagogie ou de savoir-faire sur des centres d’interêt de l’utilisateur, ce serale ticket gagnant

Je pense donc mon ordi est…

 

 

 

 

 

 

 

Un Kit main libre accroché à son oreille « AlterEgo »permet de lire dans les pensées et de contrôler son ordinateur à distance. C’est du moins la promesse proférée par des chercheurs du MIT

Comment ça marche ?

Quatre électrodes sont placées sur l’appareil détectent les signaux neuromusculaires de la mâchoire et du visage. Le reste est question de traduction par l’intelligence Artificielle (IA)

Le casque »AlterEgo » proclame 92 % de réussite ! ( après une petite formation et mise en route compter environ 1 h)
Les capacités de l’AlterEgo ouvrent de multiples perspectives et pourquoi pas permettre de communiquer a distance sur des appareils

Le système ira t’il jusqu’à lire dans les pensées les plus intimes ?

A suivre …..

 

Faust Cardinali, une pièce really unique by Cara

Faust Cardinali- Bracelet Cendrillon,Faust Cardinali- Botellum blueCara de New York nous écrit …

On est sous le choc : surpris et conquis par les oeuvres de Faust Cardinali, exposées à New York par la Galerie parisienne Minimasterpiece dans le cadre de Collective design, rendez vous annuel pour l’art et le design contemporain. Sculpteur, peintre et orfèvre Faust Cardinali nous saisit par l’absolue originalité de son travail. Il ne s’agit pas du genre d’artiste qui fait un croquis et laisse des techniciens se débrouiller. Son savoir faire et son génie unis font jaillir de surprenantes sculptures qui deviennent aussi ornement pour le corps. Il faut lire son « Manifeste du bijou d’artiste » pour entrer un peu dans la philosophie de ce Bernin contemporain, mais pour une fois et vivement ses oeuvres ne demandent aucune explication. Elle parlent toutes seules, et s’imposent. La série de colliers « botellum » c’est du jamais vu. Une forme sinueuse qui s’enroule autour du cou, construite comme une architecture, tout à fait agréable à porter, ce qui montre aussi un étude attentif de l’anatomie. Sur la structure en argent, l’artiste intervient par son indubitable touche: voici des couches de résine qui la transforment en une sorte de cascade, voici des quelques flaques de couleur, voici des diamants sertis à nous épater d’avantage. On a envie de porter ces pièces mais aussi de les contempler.

Nous signalons la présence d’une autre oeuvre surprenante signée par cet artiste singulier qui sortira d’une prestigieuse collection particulière pour être montrée au Musée de la Ville de Paris, dans le cadre de l’exposition Medusa (du 18 mai au 5 novembre). Il s’agit d’une sculpture / bracelet au titre évocateur de CENDRILLON où l’artiste mélange or, argent, émail, polyester et une branche d’arbre: le résultat plastique et chromatique est encore une fois inédit. Faust n’a pas vendu son âme au diable, mais il la met dans son extraordinaire travail, qu’on lui souhaite de poursuivre toujours et pour toujours.

Glamour, Géomètrie, mystère : les kimonos Junko Koshino by Cara

Junko Koshino semble sortir de ses créations: entourée d’une robe kimono verte et noire, elle parcourait les salles du musée Guimet, où se déploie la collection de la célèbre maison Matsuzakaya, fondée en 1611. Pour la première fois hors du Japon ce défilé impressionnant se déroule hiératiquement à travers les salles, nous plongeant dans des traditions anciennes en contre chant avec les créateurs  qui se sont ouvertement inspiré de ce vêtement japonais par excellence: Saint-Laurent, Jean-Paul Gaultier, John Galliano… Et, last but not least, elle : l’étonnante fashion designer Junko Koshino, intelligente incarnation d’une personnalité entre passé et futur. Glamour, géométrie, mystère 000_lw5vz: les trois kimonos contemporains signés Koshino s’imposent par leur magie et nous transportent dans un monde où flottent des femmes guerrières, séduisantes dans leurs charmantes armures faites de légèreté et de force, presque futuristes ou peut être éternelles.

Déjeuner sur l’herbe (détail) by Alain Jacquet

L’oeil du Collectionneur … Serge Aboukrat n’a pas résisté au travail de Alain Jacquet

IMG_1504

 

En 1964, Jacquet réalise sa première œuvre de « Mec’ Art » : Le Déjeuner sur l’Herbe. Oeuvre phare de Jacquet voire le fondement d’une grande part de sa démarche artistique ultérieure. Jacquet transforme le cliché photographique original : il agrandit la trame jusqu’à déformation et fait apparaître, au premier plan, les points de la photographie. Le point ainsi agrandi camoufle l’image autant qu’il la constitue.

Mec’art (abréviation de Mechanical Art) désigne un courant artistique en Europe, dont fait partie Alain Jacquet. Pierre Restany, l’organisateur de cette exposition manifeste, d’octobre 1965, décrit le mec-art comme non pas un mouvement mais « un label expérimental ».

Ici, un détail du Déjeuner sur l’herbe (sérigraphie sur tissu éponge monté sur châssis en bois) édité en série limitée. En vente, Serge Aboukrat Editions (prix sur demande). Format 136X136 Contact au +33 6 80 59 13 20