Une rue, un instant – Paris 12e vous émerveille !

La rue Crémieux, paradis des bloggueuses, modeuses et instagrammeuses est pourtant méconnue des touristes. À quelques pas de la gare de Lyon, cette rue, piétonne depuis 1993, relie la rue de Bercy à la rue de Lyon.

Une architecture pittoresque, loin des grands immeubles Haussmanniens, située dans le quartier du Quinze-Vingt qui n’est pourtant pas connu pour la beauté de ses lieux.

 2017-06-10-17-00-27

Le charme de cet endroit réside dans les couleurs utilisées par les habitants pour peindre leurs maisons, rappelant la fameuse Portobello Road de Londres. Devant ces pavillons de 2 étages, des jardinières, arbustes et pots de fleurs entretenus par les habitants jonchent la rue, amplifiant son air bucolique.

IMG_20170611_101949_863

Cette petite rue de 144 mètres de long et 7 mètres 50 de large, où 35 maisons mitoyennes se font face, a été ouverte en 1865. Elle a, dans un premier temps, porté le nom du promoteur Moïse Millaud jusqu’en 1897. L’avenue Millaud laisse alors son nom à Adolphe Crémieux, avocat et membre du gouvernement, auteur d’un célèbre décret de 1870 qui permit aux juifs d’Algérie d’obtenir la nationalité française, pour devenir la rue Crémieux.

2017-06-10-17-10-03

Faust Cardinali, une pièce really unique by Cara

Faust Cardinali- Bracelet Cendrillon,Faust Cardinali- Botellum blueCara de New York nous écrit …

On est sous le choc : surpris et conquis par les oeuvres de Faust Cardinali, exposées à New York par la Galerie parisienne Minimasterpiece dans le cadre de Collective design, rendez vous annuel pour l’art et le design contemporain. Sculpteur, peintre et orfèvre Faust Cardinali nous saisit par l’absolue originalité de son travail. Il ne s’agit pas du genre d’artiste qui fait un croquis et laisse des techniciens se débrouiller. Son savoir faire et son génie unis font jaillir de surprenantes sculptures qui deviennent aussi ornement pour le corps. Il faut lire son « Manifeste du bijou d’artiste » pour entrer un peu dans la philosophie de ce Bernin contemporain, mais pour une fois et vivement ses oeuvres ne demandent aucune explication. Elle parlent toutes seules, et s’imposent. La série de colliers « botellum » c’est du jamais vu. Une forme sinueuse qui s’enroule autour du cou, construite comme une architecture, tout à fait agréable à porter, ce qui montre aussi un étude attentif de l’anatomie. Sur la structure en argent, l’artiste intervient par son indubitable touche: voici des couches de résine qui la transforment en une sorte de cascade, voici des quelques flaques de couleur, voici des diamants sertis à nous épater d’avantage. On a envie de porter ces pièces mais aussi de les contempler.

Nous signalons la présence d’une autre oeuvre surprenante signée par cet artiste singulier qui sortira d’une prestigieuse collection particulière pour être montrée au Musée de la Ville de Paris, dans le cadre de l’exposition Medusa (du 18 mai au 5 novembre). Il s’agit d’une sculpture / bracelet au titre évocateur de CENDRILLON où l’artiste mélange or, argent, émail, polyester et une branche d’arbre: le résultat plastique et chromatique est encore une fois inédit. Faust n’a pas vendu son âme au diable, mais il la met dans son extraordinaire travail, qu’on lui souhaite de poursuivre toujours et pour toujours.

ARTY SKI À COURCHEVEL by Julien Marinetti

Jusqu’au 17 avril 2017, la station de Courchevel se transforme en exposition à ciel ouvert. Chaussez vos skis et partez en visite sur les pas de l’artiste.

IMG_1190

Tout au long du parcours, entre deux descentes venez rencontrer les pandas géants, vos compagnons de ski pour l’occasion. Connu pour avoir créé « Doggy John », une sculpture d’un bouledogue français; Julien Marinetti est un créateur obstiné. Son matériau de prédilection est le bronze, qu’il utilise pour produire les sculptures de ses animaux. Déjà plus de 15 ans que l’artiste nous enchante avec ses œuvres peintes.

Julien Marinetti a voulu cette exposition comme une invitation dans son atelier où supports et recherches se télescopent sans cesse. Bronze bien sûr, mais aussi toile, carton, béton, mobilier urbain. L’artiste peint, sculpte, dessine, grave, déchire, colle, détruit pour mieux reconstruire. Il anoblit les supports les plus ordinaires, recycle, réinvente, détourne objets et couleurs sans jamais se perdre.

L’exposition sombrement intitulée « SyncrétsimeS » nous fera découvrir encore un peu plus cet artiste polymorphe qui n’a pas fini de surprendre. Prochaine destination la capitale anglaise avec sans cesse de nouvelles créations pour notre plus grande joie.

Exposition l’Art au Sommet jusqu’au 17 avril 2017 à Courchevel.
Les oeuvres sont visibles à la Galerie Espace Diamant.

La White Villa, nouvelle adresse design au coeur de Tel-Aviv

Nouveau boutique-hôtel à l’esprit Tel-Avivien dans une résidence considérée comme une icône architecturale rare au coeur de la ville qui ne dort jamais.


Cet hôtel contemporain témoigne d’une harmonie associant luxe et rigueur.

5 ans de travaux ont été nécessaires pour transformer cette maison, érigée en 1948 par Samuel Barkaï et inspirée du style de Le Corbusier, en hôtel ultra soigné. Les meubles anciens chinés se marient à merveille avec d’autres plus contemporains signés de l’architecte du lieu Stefano Dorata.

La White Villa, un emplacement idéale: au coin du théâtre Habima et de l’Auditorium Charles Bronfman, qui abrite le Philharmonique d’Israël, mais aussi à seulement 12 minutes à pied de la plage. L’hôtel compte par ailleurs des terrasses de poche en rez-de-jardin ainsi qu’un rooftop pour profiter de la clémence du climat local. Autres services à disposition des hôtes : un salon de coiffure, des vélos mis à disposition, une salle où est servi le petit-déjeuner ainsi qu’un bar.

Une expérience de vie unique au cœur de la ville blanche..

White Villa Hôtel
16 chambres et 2 lofts
À partir de  partir de 235 € en chambre double avec petit-déjeuner inclus.
25 Ben Zion Boulevard 28607, Israël
Tél : + 972 3 602 8870
whitevillahotel.com