L’application Social Reader lancée par Le Figaro

Après le quotidien Le Monde, c’est au tour du Figaro de proposer son application Social Reader sur Facebook. Les médias ont bien compris l’impact de la recommandation sur le réseau social et déploient une toute nouvelle stratégie afin de diffuser et démocratiser l’information aux plus grands nombres. Facebook constitue un portail tout particulier, puisque il comptabiliserait environ 25 millions d’utilisateurs.

Cette toute nouvelle application permet de visionner des articles et vidéos diffusés par le quotidien sans quitter la page facebook. L’utilisateur du social reader pourra lire, partager, accéder aux diaporamas de photographies, consulter les articles premium, avoir accès aux articles lus par ses amis et personnaliser sa page en triant les articles selon ses envies. La nouveauté réside dans l’acquisition des articles à l’unité qui pourra désormais être  payé  en facebook crédits.

I-mad : le nouveau mensuel féminin du Figaro

C’est une première en France: un magazine féminin mensuel interactif gratuit, sur toutes les tablettes : Le Figaro, en collaboration avec Adobe, lance I-mad. Mad comme Madame et aussi comme «mad». Un peu de folie dans l’univers lisse de la presse féminine ! Cela ravive nos attentes de lectrices geek hype à l’affût des dernières nouveautés !

Tout commence par une «Une» animée, avec la célèbre actrice Anna Mouglalis. Puis au programme: des sujets société (la Cité de la Joie au Congo), mode (un panorama très osé de la petite culotte), un ″spécial beauté″, des entretiens (dans le premier numéro, entre Christine Lagarde et Cynthia Fleury)…

Au-delà de la ligne éditoriale, l’interface est intuitive et dans la digne lignée de ce qui se fait du côté de Wired et de leurs petits camarades. Le partenariat passé avec Adobe  offre une interactivité et une meilleure exploration. Comme par exemple la pagination qui évolue selon la lecture verticale ou horizontale du magazine. L’article a donc deux esthétiques permettant aux lecteurs de consommer le contenu de deux manières différente. Ingénieux…

Deux facteurs indispensables sont aussi présents à l’heure où les lecteurs veulent  toujours en savoir plus : un jeu et un côté « services », avec des tags sur lesquels on peut cliquer qui indiquent les références des produits, et donnent des infos supplémentaires sur les coulisses des articles. «Demain nous aurons bien sûr une fonction Click and shop»,  précise Pascal Pouquet, directeur Nouveaux media.

Le potentiel d’expression pour une marque avec cet outil est exponentiel car l’I-mad offre maintes possibilités grâce à une interface malléable autant sur le point de vue vidéo, que audio et mise en page. L’ultra-connectivité de cette nouvelle génération de media permet de générer, pour les marques, un dialogue jusqu’ici insoupçonné avec les lecteurs…

I-Mad by Madame Figaro s’adresse aux lectrices, mais aussi aux lecteurs du Figaro (une interview croisée de 5 people,  dont Omar et Fred, et Guillaume Durand, « heureux en ménage » leur est particulièrement réservée !). Et bien sûr à tous les autres non initiés du Figaro, qui pourraient au travers de ce magazine découvrir une nouvelle forme de lecture. Car au final, le plus important ce n’est pas le support de lecture, mais la lecture elle-même…

« L’art qui sauve les hommes »

D’après une étude scientifique menée en Grande-Bretagne, le troisième lundi du mois de janvier serait le jour où on constate le plus de suicides dans le monde. C’est en effet ce jour là qu’on réalise que nos bonnes résolutions annoncées quelques jours auparavant n’ont pas abouti à grand chose, voir même pas commencé…
Un rude constat d’échec qui vient cette année s’ajouter à une conjoncture difficile : Le monde est en Crise avec un grand C, les températures extérieures sont négatives, notre organisme lutte contre un nombre incalculable de microbes, … bref, la vie n’est pas un long fleuve tranquille.
Comment s’en sortir ?
Fuir ? Partir ne serait qu’une fuite inutile, à moins que cette escapade soit dans le rêve ou dans l’art…
C’est en relisant un article de Jean-Michel Ribes (le Figaro Magazine – Décembre 08) que cette interrogation à pris du sens. En effet, la solution n’est pas loin !
L’Art pour s’échapper, pour trouver l’air, sourire encore, vivre et aimer … «Notre seul salut c’est l’art, l’artificiel, tout ce que nous créons jour et nuit pour résister à cette réalité qu’on nous dit définitive et qu’il faut réinventer sans cesse pour survivre».
Un prétexte pour parler d’autre chose que de catastrophes ! « L’Art est notre anticorps» qui nous protège des tyrannies du savoir, du conventionnel, du politiquement correct, … Alors, bougez ! Précipitez-vous dans les galeries, courez au musée, c’est là que se trouve l’oxygène, le rêve, le désir, l’espoir réalisé de devenir autre chose que ce à quoi la société nous condamne. Alors aujourd’hui plus particulièrement, soyez fous, légers, joyeux, cocasses, pour tout dire moins habituels, mais vivez !