Red Bull fait son cinéma

Red Bull a toujours fait très fort en matière de com. Cette fois-ci la marque innove et se lance dans le documentaire cinématographique. Un brand content de sports extrêmes, grisant et très énergisant…

“Arrivez 5 minutes avant l’heure indiquée ou vous louperez toute l’action”. La bande annonce qui sera diffusée à partir de vendredi surYouTube ne ment pas. Si les cinéphiles ratent le début de la séance, ils rateront aussi les documentaires consacrés aux sports de l’extrême, diffusés dans les salles de cinéma Cineworld en Grande Bretagne, et concoctés par… Red Bull.

Quatre petits films de quatre minutes (‘Sucker Punch’, ‘Limitless’, ‘Source Code’ et ‘The Eagle’) mettront ainsi en avant les uns après les autres, pendant 4 mois, les exploits des champions Danny MacAskill (trialiste VTT), Felix Baumgartner (parachutiste de l’extrême), Robbie Maddison (pilote de moto-cross) et Rachel Atherton (championne du monde de descente en VTT). Le but : créer de l’addiction, pour que les fans de la marque n’aient qu’une envie: voir l’épisode suivant.

La campagne baptisée The ‘Edge of Your Seat’ sera le prétexte de plusieurs autres actions : articles dans les magazines distribués dans les salles (400 000 exemplaires), vente de cannettes de Red Bull Energy Drink et de Red Bull sans sucre, présence dans les réseaux sociaux…. La boisson énergisante espère que ses petits films deviendront le sujet de conversation de la toile. Une opération de brand content assez rare au cinéma, dont d’autres marques pourraient certainement s’inspirer.

Source Influencia

Lady Warhol ???

image-1 Le dernier clip de la chanteuse n’est pas qu’une référence au Pop Art, il est pop art (slate) !!
Quatorze millions. C’est le nombre de fois qu’a été vu en moins de trois jours «Telephone», le nouveau clip de Lady Gaga. Un vrai record. Près de trois fois plus sur la même période que «Bad Romance», premier extrait de l’album «The Fame Monster» et visionné plus de 148 millions de fois depuis novembre 2009. Décryptage d’un phénomène qui devrait faire oublier rapidement le score de Susan Boyle…

Impossible d’imputer le succès de «Telephone» à son scénario. «Sequel» de la vidéo «Paparazzi» où Lady Gaga y empoisonnait son boyfriend, l’intrigue de ce nouveau court-métrage débute donc en prison. Relâchée cinq épiques minutes plus tard, la Gaga remet le couvert («Once you kill a cow, you gotta make a burger») en aidant Beyoncé à se débarrasser elle aussi de son petit ami (tout le monde suit?). Bref, «Telephone» n’est rien moins qu’un prétexte à un road movie coloré jonché de cadavres et de jeunes femmes furieusement sexy qui font passer la fashion week parisienne pour un catalogue «La Redoute». Une vidéo sacrément mortelle donc. A voir …
h

Silentium, please !

Pianiste amatrice, je m’intéresse au monde la musique en général.
L‘autre soir, j’ai découvert sur youtube.com l’illustration de l’expression « le silence est d’or » !
J’ai été surprise par une composition de John Cage, le musicien avant-gardiste, intitulée « 4’ 33’ ».
Ce morceau, écrit en particulier pour le piano, s’avère être un simple silence ininterrompu d’une durée de 4mn 33. Cette expérimentation peut être considérée comme une remise en question de la notion de la musique et dépasse complètement mon idée du minimalisme musical.
Elle a été réalisée suite à la visite du musicien dans une chambre insonorisée où il s’est rendu compte de l’impossibilité de trouver le silence absolu. Sa première interprétation a eu lieu le 29 août 1952 au Maverick Concert Hall de Woodstock à New York.
Bien que Cage considérait le silence comme une vraie note et que les représentations de « 4’ 33’ » regroupent les orchestres, le morceau n’a pas été qualifié de création artistique.

Surtout à voir et, bien sûr, à écouter ☺ ! Très inspirant !
fr.youtube.com/watch?v=hUJagb7hL0E